La gare

L’ancienne ligne Tours-Châteauroux-Montluçon a desservi la commune jusqu’en 1969. Un village où l’on garde le souvenir du passage du train.
La Gare 1

Souvenirs de « la Micheline »Saint-Désiré était  située sur la ligne Montluçon-Châteauroux-Tours, ouverte dans les années 1880. La voie reliant la cité bourbonnaise à Châteauroux est fermée au transport de voyageurs depuis le 26 septembre 1969. La fermeture totale a eu lieu en 1987.

C’est à ce moment-là que la mairie de Saint-Désiré a racheté la gare. Depuis, des travaux ont été faits pour aménager l’intérieur du bâtiment mais l’extérieur n’a pas été touché. Le bâtiment a été réaménagé pour abriter le cabinet médical, la bibliothèque municipale et un logement locatif. Quant aux lignes de chemin de fer, elles sont devenues la propriété de particuliers et sont, pour la plupart, déferrées.
slider2

Née dans la commune il y a quatre-vingt-six ans, Hélène Lecanu a bien connu le temps où « la Micheline » passait, du nom de ces autorails légers qui circulaient avec des pneus spéciaux, conçus par Michelin dans les années 1930. « C’était toujours un petit événement. Après, il y a eu d’autres autorails puis les cars ».

L’ancienne conseillère municipale se souvient de tous ces gens qui se pressaient à la gare le matin. « Les gens n’avaient pas de voiture donc ils prenaient le train pour aller travailler à Montluçon. Ils revenaient avec celui du soir ».

Si certains y allaient pour le travail, d’autres voyageaient simplement pour les loisirs. « On allait souvent manger à Montluçon, c’était agréable. On y passait la journée et on s’amusait ». Hélène Lecanu en profitait aussi pour aller faire ses courses, sans oublier ses leçons de musique. « C’était une façon de sortir de la maison, de découvrir autre chose ».

La Gare

Une fermeture difficile à vivre. La gare était également un lieu de rendez-vous pour la population de Saint-Désiré. Notamment avec la traditionnelle foire du 1 er février. « Ils embarquaient les bêtes, c’était impressionnant à voir », se souvient Denis Coffin, maire de 2008 à 2014.

La fermeture de la ligne en 1969 a été difficile à vivre dans la commune. « On était content, on avait une gare qui marchait, on pouvait voyager. La fermeture, il a fallu l’accepter par la force des choses, explique-t-elle. On a subi et cela a fait du mal au développement de la commune ». Même si le transport de marchandises (blé, céréales, engrais) a continué pendant quelques années, « ce n’était plus pareil ».

Aujourd’hui, Saint-Désiré est encore desservie par la ligne de bus Châteaumeillant – Montluçon, surtout utilisée par les scolaires. L’arrêt est situé juste devant l’ancienne gare. Même sans train, il y a toujours du passage à la gare de Saint-Désiré.

Rémi Marchal

Source :La Montagne

FacebookPartager